Direkt zum Hauptbereich

La séduction des particularismes

Il suffit quelquefois d'un évènement particulier pour nous ramener à l'essentiel.

Un consortium de journalistes européens a mis à jour les plans de quelques grands clubs de football européens de rapprocher leurs intérêts dans une nouvelle super ligue et de quitter leurs ligues nationales réciproques. On peut d'une certaine manière comprendre que ces clubs poursuivent leurs propres intérêts. Économiques en l'occurrence.

À la réflexion, cela rappelle ce que l'on peut observer dans la vie courante. La multiplication des intérêts particuliers. On ne sera donc pas surpris que certains clubs de football suivent, à une autre dimension, cette même logique.

On l'observe au niveau politique. En Europe, cette multiplication des particularismes se traduit par l'apparition de nouveaux partis qui rendent dans certains pays les coalitions de plus en plus difficiles. Les revendications d'indépendance se multiplient aux quatre coins des régions de l'Europe. Les gouvernements qui suivent leurs propres intérêts nationaux au défi du projet européen deviennent bientôt la règle bien plus que l'exception. Et puis les politiques, mais on dépasse le cadre uniquement européen, qui s'assurent une majorité car ils prônent la primauté des intérêts particuliers - first - ont eux aussi le vent en poupe. Récemment semble-t-il au risque d'abattre, à proprement parler, le poumon de notre planète.

Le président Macron a émis il y a quelques jours le parallèle avec les années 30. Beaucoup l'ont accusé d'exagérer. Ces critiques auront certainement oublié que les négociations sur le Brexit échouent actuellement sur une frontière. Où il n'y a pas si longtemps régnait une méchante guerre fratricide.

Dans quelques jours le président français entame un parcours du souvenir à l'occasion du centenaire de la fin de la première guerre mondiale. Il y rencontrera des présidents et chefs de gouvernements de pays engagés à l´époque dans cette folie meurtrière.
Chacun poursuivait alors des intérêts particuliers. Au regard de ces particularismes qui éclosent, certes dans des contextes et des régions différentes de ce monde, mais qui poursuivent toutefois une même logique, il est peut-être temps de se reprendre et de réfléchir à nouveau. Sur la séduction des particularismes.

Kommentare

Beliebte Posts aus diesem Blog

Une certaine idée de civilisation

La tradition veut que l´on puisse se souhaiter les vœux du Nouel An jusqu´à la fin Janvier. Profitons-en. Il se pourrait que nous en ayons bien besoin. 2019, dans quel état finira-t-on cette année ? On peut bien-sûr se poser cette question chaque année, mais ce n´est pas chaque année que les Européens sont appelés à renouveler le Parlement européen. Dans un contexte où nombreux sont les adversaires de l´Europe sous sa forme institutionnelle actuelle. 2019, c´est aussi la première année après la célébration du centenaire de la fin de la première guerre mondiale. 1919 – 2019, cent ans qui n´ont pas toujours connu la paix puisque 20 années auront suffi pour voir éclater, en 1939, la deuxième guerre mondiale sur le sol européen. La paix, le seul état que beaucoup de jeunes et de moins jeunes connaissent, n´existe de façon durable sur le sol européen, ou du moins à l´intérieur des frontières de l´union européenne, que depuis que les fondations de l'Europe d´aujourd´hui ont ét

Une hypothèque sur le futur

Notre monde est confronté à de nombreux défis: climatiques, énergétiques, migratoires, technologiques, scientifiques, économiques, sociaux. Ils ont un caractère global et touchent chacun. Plus de 7 milliards d´êtres humains sont concernés. C´est le paradigme dans lequel nous sommes. Les défis ont un caractère si fondamental, si puissant, si radical, quelquefois si brutal, qu´ils semblent nous dépasser. On serait tenté de les ignorer et puis les catastrophes climatiques, la pollution de nos villes, les images de la télévision nous rappellent vite à la réalité. Nous en avons bien sûr une perception sélective. Car, face aux peurs et aux incertitudes, nous profitons sans souvent se poser trop de questions de nos téléphones portables, de la facilité de vie que nous apporte internet, de nos vêtements à bons prix, que nous portons avec une date de péremption, de nos voitures de plus en plus motorisées que nous pourrions souvent délaisser pour aller à pied ou avec les transports en commun

La tentation du passé

La chancelière allemande a annoncé sa décision de ne plus être candidate à la présidence du plus grand parti de la coalition. Immédiatement la question de la succession s´est posée. Entre-temps douze personnes se sont manifestées. Trois candidats sont favoris.  La première est la secrétaire générale du parti. Elle a quitté son poste de ministre-président de la Sarre pour ce poste réputé ingrat. Beaucoup pensent qu´un pacte tacite lie cette décision à la succession à la tête du parti. Le parcours s´avère plus difficile que prévu. Le deuxième est jeune, conservateur et ambitieux. Ces caractéristiques ont fait de lui un opposant à la chancelière. En lui confiant un poste ministériel, elle se montrait magnanime et cherchait à le contenir. L´ambition est restée et la déclaration fut immédiate.   Le cas du troisième favori, sans être totalement inattendu, est plus surprenant. Il a fait preuve de son talent dans le monde politique et depuis plus d´une décennie dans le monde des affa